« La femme seule », Madeleine Pelletier, 1914.

Une femme vraiment affranchie doit s’appliquer à bannir de son esprit tout ce qui fait d’elle un être à part, un être qu’il faut distraire, parce qu’il est incapable de trouver seul dans le monde les éléments de sa vie morale.

Jamais vous ne vous affranchirez, si vous ne savez pas braver l’opinion de la majorité, c’est-à-dire des imbéciles.

Paraphrasant la devise de l’unité italienne, je vous dirai, Mademoiselle, Femina fara da se.
Sachez être l’artisane de votre propre bonheur.

Dr Madeleine Pelletier
Extraits de « La femme seule », La Suffragiste, Février 1914

http://www.marievictoirelouis.net/index.php?id=290&auteurid=

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :